Souvent sur les réseaux sociaux je remarque des commentaires qui démontrent  que l’agriculture Bio et toute sa filière est peu comprise ou pas du tout….Par ailleurs des informations à dessein pour entretenir le trouble et la confusion chez les consommateurs ….

Je suis fils d’agriculteur j’ai appris au lycée agricole dans la section BTS gestion des entreprises agricoles option viticulture, que le modèle que nous allions devoir développer pour l’agriculture était une industrialisation de masse de notre agriculture . D’ailleurs le mot paysan ou agriculteur n était plus employé , on parlait d exploitant.
Le modèle était celui de la croissance avec emprunts élèves, subventions importantes pour pousser telle ou telle culture, charges administrative, mécanisation à outrance, mono culture et utilisation massive des engrais et produits phytosanitaires.
Il est apparu beaucoup de cancers chez les paysans et parfois beaucoup de problèmes tout le monde de pouvant faire face aux emprunt aux prix imposes par les marchés.

Je me suis intéressé aux premiers mouvements de l’agriculture bio participant d’un élan sociétal fort qui me semblait salvateur des 1978 .J ‘ai participé au développement d une coopérative de consommateurs et de producteurs..

Aujourd’hui 45 ans plus tard je me sens totalement solidaire des entreprises Bio Engagées qui pensent que l’agriculture et l’alimentation biologiques constituent la meilleure manière de préserver l’environnement, redonner vie aux sols, promouvoir la biodiversité et préserver la santé humaine.

Le label bio est le seul à associer des exigences concernant à la fois le mode de production agricole, l’élevage et la transformation des produits.

La bio attire désormais des millions de consommateurs mais aussi de nombreux nouveaux acteurs qui n envisagent pas toujours son développement comme les pionner et fondateurs. Il faut non seulement défendre la bio avec le logo AB et Euro feuille mais aussi étendre les règles qui régissent le label.

C’est pour cela que je me sens totalement en phase avec ce collectif d’entreprises Bio Engagées de transformation et de distribution investies de longue date dans la bio, dont j ai fait partie et qui s engagent à améliorer sans cesse leurs pratiques aussi bien en termes d’impact environnemental que d’équité commerciale, de conditions de travail ou encore d’implication sociétale.

Pour ses entreprises la bio représente une vision du monde, une culture et des engagements concrets. Ils défendent une bio plus cohérente, exigeante et durable.

Si le  secteur bio a longtemps vu prédominer de petits acteurs indépendants, il attire désormais de nouveaux entrants, y compris de grosses  multinationales de l’agroalimentaire conventionnel ainsi que la grande distribution et son cortège de « marques distributeurs » et d’autres avec le greenwashing. Ce terme est sur toutes les lèvres et surtout sur toutes les étals de nos supermarchés. Appelée également “écoblanchiment” ou “marketing vert”, cette technique de publicitaires consiste à vendre un produit en faisant prévaloir ses vertus biologiques ou écologiques quand en réalité il n’en est rien. Ou comment surfer sur la tendance du bio en oubliant d’en adopter le modèle. Pour que le succès de la bio reste réjouissant, il faut préserver les valeurs et bonnes pratiques qui font sa spécificité. Pour les Entreprises Bio Engagées, la bio est bien plus qu’un label sur un produit dans un marché juteux : c’est une communauté d’acteurs — producteurs, entreprises de stockage, transformateurs, distributeurs et consommateurs — qui se retrouvent autour d’engagements concrets. Ces derniers concernent aussi bien le développement des filières que la protection de l’environnement et l’équité des échanges. Le label d’entreprise Bioed (Bio Entreprise Durable) porté par le Synabio, le syndicat des entreprises bio, est par exemple un outil qui permet de se retrouver autour de ces valeurs traduites en bonnes pratiques.

Cette culture commune et cette ambition d’une amélioration continue de nos métiers et de nos produits doivent guider le développement de la bio pour qu’elle garde son sens. Les consommateurs ont un rôle clé à jouer en privilégiant les produits et les circuits de distribution porteurs de ces valeurs.

Bioed : https://bioed.fr

Synabio : https://www.synabio.com/

Toutsurlabio

Produire Bio